CNRS

Search



Les voix du pouvoir : souverains, poètes, artisans dans le monde musulman oriental, Xe - XIVe siècles

08 juillet 2017

Atelier de recherche au 2e Congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans

Date et lieu : 8 juillet 2017, INaLCO, 65 rue des Grands Moulins, Paris 75013.
Salle : 3.02 (9h00-12h00)

.....................

.....................

 

Coordination scientifique / Scientific coordination : Viola Allegranzi (Mondes iranien et indien, Université Sorbonne Nouvelle-Paris3)

 

Notre connaissance du monde musulman oriental à l’époque médiévale repose sur une mosaïque fragmentaire de données textuelles et matérielles.
Ces témoignages sont le produit des lettrés et artistes qui gravitaient autour des cours princières de l’Iran, l’Asie centrale et l’Inde septentrionale. Leur art contribuait à affirmer la légitimité des dynasties d’origines turque et iranienne qui rivalisaient pour le contrôle de ces régions.
En plus d’être l’expression du pouvoir, ces sources variées sont les seuls éléments dont nous disposons pour éclairer les dynamiques sociales et les réseaux d’échanges qui caractérisaient le paysage culturel de l’époque...

.....................

Programme

09h00

  • Présentation de l’atelier

09h15-9h35

  • Gabrielle van den Berg (Institute for Area Studies, Universiteit Leiden)
    Investigating the socio-historical dimensions of Ghaznavid court poetry

The panegyrical poems of the court poets who were active at the court of the Ghaznavid dynasty during the 11th century form a rich source of information on several aspects of life at the court. How can these representations of court life be understood in the framework of an emerging Persian poetic tradition and how do these representations relate to the much more studied data presented in contemporary court chronicles ?

09h35-09h55

  • Camille Rhoné-Quer (Aix-Marseille Université)
    Des hommes de lettres à la cour ghaznévide : complémentarité au service du pouvoir ou primauté des intrigues ?

La cour des Turcs ghaznévides installés au Khorassan (fin Xe - milieu XIe siècle) rassemble autour des sultans, issus des rangs des militaires, des hommes de lettres maîtrisant la culture irano-islamique. Ceux-ci jouent un rôle central dans l’exercice, la mise en scène et la représentation du pouvoir. Dépendant des largesses des dirigeants, ils osent parfois aussi critiquer ces derniers voire contester leur légitimité. Bayhaqî (XIe siècle) est l’exemple le plus connu de ces hommes confrontés à la disgrâce.

09h55-10h15 Questions

10h15-10h45 Pause café

10h45-11h05

  • Valentina Laviola (Università “Ca’ Foscari” di Venezia)
    Writing tools from medieval Islamic lands

Inkwells and pen-cases played a major role in medieval Islamic courts, since through the pen of viziers, secretaries and scribes the crown expressed its royal will. These refined artworks, designed by skilled artisans and produced with different materials, were preserved carefully by who had commissioned them. Some unpublished inkwells from Ghazni (Afghanistan) will be the starting point to investigate the production of writing tools in medieval Islamic lands.

11h05-11h25

  • Viola Allegranzi (Université Sorbonne Nouvelle, Università di Napoli «L’Orientale»)
    Nouvelles données sur la diffusion de l’épigraphie persane aux XIe-XIIe siècles

À une époque probablement non antérieure à la moitié du XIe siècle, le persan fut introduit en complément de l’arabe dans l’épigraphie monumentale de l’Orient musulman. L’étude d’un large corpus d’inscriptions poétiques provenant de Ghazni (Afghanistan), en partie inédit, donne un nouvel éclairage sur la diffusion du persan épigraphique et sur sa double fonction de langage artistique et instrument de propagande.

11h25-11h45

  • Eloïse Brac de la Perrière (Université Paris-Sorbonne)
    Les manuscrits coraniques dans l’Inde des sultanats (XIVe-XVe s.) : de possibles origines ghurides ?

Au sein d’un groupe de manuscrits coraniques affiliés à l’Inde pré-moghole qui montre une étonnante cohésion, les plus anciens spécimens présentent des parallèles évidents avec les manuscrits ghurides. En mettant conjointement en œuvre l’analyse paléographique, codicologique et picturale, on s’attachera à mieux définir la nature de ces liens et à proposer des voies de filiation possibles.

11h45-12h00
Questions et bilan de l’atelier

 
Contact : Viola Allegranzi
 

updated on