CNRS

Rechercher



Projet ANR Ctesiphon

Corpus de textes et de sources sur l’Iran : pour une histoire de l’Orient au VIe siècle

Projet en sciences humaines et sociales
Financement : ANR

Responsable

Christelle JULLIEN (CNRS, Mondes iranien et indien - UMR 7528)

Durée du projet

30 mois (janvier 2013-juin 2015)


English Version

Participants

  • Christelle JULLIEN, Chargée de recherche au CNRS (Mondes iranien et indien)
  • Rika GYSELEN, Directrice de recherche émérite au CNRS (Mondes iranien et indien)
  • Florence JULLIEN, Chargé de recherche CNRS (Mondes iranien et indien)
  • Philip HUYSE, Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études IV, Paris
  • Michael Richard JACKSON BONNER, Post-doctorant de l’Oriental Studies, Brasenose College, University of Oxford
  • Nikolaus SCHINDEL, Professeur à l’Institute for Numismatics and Monetary History, Vienna University
  • Samra AZARNOUCHE, Maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études, Séction sciences religieuses, Paris
  • Emmanuel GIRAUDET, Ingénieur géographe cartographe CNRS (Mondes iranien et indien)
  • Poupak RAFII NEJAD, Ingénieur de recherche CNRS (Mondes iranien et indien)
  • Farzaneh ZAREIE, Ingénieur d’études CNRS (Mondes iranien et indien)

Présentation

Le VIe siècle, et en particulier le règne de Khusro Ier (531-579), qui fut le plus brillant de la dynastie sassanide, est une période-charnière dans l’histoire de l’Iran dans l’Antiquité, période d’expansion militaire, de restructuration de l’appareil de l’État et d’assimilation de nombreux aspects culturels des pays conquis ou voisins. Les sources qui permettent de reconstruire l’histoire de ce règne proviennent de domaines divers (sigillographie, numismatique, chroniques, historiographie, hagiographie, etc.), domaines marqués par de nombreuses langues. Cette grande diversité des sources, tant dans leur nature que dans leur mode d’expression, peut être un obstacle pour l’historien qui cherche à tirer de cet ensemble hétérogène des informations pertinentes.
En vue de contribuer à cette histoire, ce projet propose de croiser, sous une forme clairement formulée et aisément consultable, des données inédites ou peu connues, qui jusque-là n’ont jamais fait l’objet d’exploitation et d’analyses. Elles appartiennent traditionnellement à des champs disciplinaires distincts : 1) sceaux sassanides inscrits fréquemment en pehlevi, mais parfois aussi en syriaque et utilisés par toutes les strates de la société (Corpus A) ; 2) monnaies sassanides qui représentent l’émanation par excellence du pouvoir étatique et sont inscrites en pehlevi, la langue officielle de l’État (Corpus B) ; 3) littérature martyrologique en syriaque émanant de la communauté chrétienne de l’empire (Corpus C) ; 4) littérature grecque byzantine qui offre un regard extérieur à l’empire sassanide et permet une meilleure compréhension de l’histoire de la région à cette époque (Corpus D) ; 5) littérature épique en persan qui véhicule la tradition des chroniques sassanides (Corpus E). La conjugaison de ces sources variées permettra également de croiser des perceptions et des interprétations différentes venant des communautés mazdéennes, chrétiennes byzantines, chrétiennes d’Iran, ou musulmanes. Afin de valider la pertinence du choix des sources et de la méthode d’analyse, une confrontation entre les résultats clôturera ce programme.

mis à jour le